Autisme s'en sortir

e-mail : autismesensortir@gmail.com                                                                                                                                                                                                                                                              Mise à jour : mai 2021

Institut médico-éducatif (IME)

Il propose, via une équipe pluridisciplinaire, des prises en charge éducatives, médicales et paramédicales afin de faire acquérir aux enfants et adolescents en situation de handicap une plus grande autonomie dans les actes de la vie quotidienne. Certains IME accueillent spécifiquement des personnes autistes, d’autres disposent d’un service dédié à cet accompagnement. Les parents d’un enfant avec des troubles ne lui permettant pas d’accéder à une scolarité en classe ordinaire font souvent appel à ce type d’établissement. L’accueil en IME peut se dérouler en internat, en externat ou en semi-internat. L’IME regroupe :
                  - la Section Éducative et d’Enseignement Spécialisée (SEES) s’adresse aux plus jeunes de 4 à 14 ans.
                  - la Section d’Initiation et de Première Formation Professionnelle (SIPFP) accueillant les jeunes de 14 à 20 ans.
La SIPFP met l’accent sur la préformation en s’appuyant sur des apprentissages concrets inscrivant les jeunes dans une démarche de professionnalisation.

Pour qui ? Enfants et adolescents âgés de 6 à 20 ans atteints de déficience intellectuelle.

Prise en charge financière : les frais sont couverts par l’Assurance maladie



SESSAD (Service d’éducation spécialisée et de soins à domicile)

Ce service d’accompagnement de la personne intervient dans tous ses lieux de vie (domicile, école, loisirs...). Le SESSAD propose un accompagnement et des conseils aux familles, favorise l’intégration scolaire et l’acquisition de l’autonomie du jeune grâce à des moyens médicaux, paramédicaux, psycho-sociaux, éducatifs et pédagogiques. Il existe des SESSAD spécialisés dans l’accompagnement de personnes autistes. L’accompagnement est proposé en ambulatoire, c’est-à-dire plusieurs heures par semaine réparties selon les besoins du jeune.

Pour qui ? Enfants et adolescents de moins de 20 ans disposant d’une reconnaissance de handicap.

Prise en charge financière : les frais sont couverts par Assurance maladie.





Établissement et services d’aide par le travail (ESAT)

Ils proposent à des adultes en situation de handicap une activité professionnelle dans un milieu de travail protégé (en opposition au milieu de travail ordinaire ou adapté) et un accompagnement médico-social. Les secteurs d’activité des ESAT sont variés : espaces verts, conditionnement, restauration, blanchisserie, prestation de services, informatique, hôtellerie, etc. Vous trouverez une liste des ESAT sur le site du réseau-adaptea. Il existe des ESAT spécialisés dans l’accueil d’adultes autistes.

Pour qui ? Adultes en situation de handicap de 20 à 60 ans dont les capacités de travail ne sont pas suffisantes pour occuper un poste de travail dans une entreprise adaptée ou ordinaire, ou encore pour exercer une activité professionnelle indépendante.

Rémunération : entre 55,7% et 110,7% du SMIC. Peut-être cumulé (tout ou une partie) avec l'AAH  (allocation adultes handicapés d'un montant de 903,60€ par mois). En cas de maladie, la rémunération est entièrement versée.



Établissement et services d’aide par le travail hors les murs (ESAT hors les murs)

Cette structure d’insertion propose un accompagnement vers un poste en entreprise ordinaire avec un suivi possible pendant plusieurs années. L’objectif est de travailler dans un environnement ordinaire sur des missions adaptées aux aptitudes et aux potentialités de la personne autiste, en bénéficiant d’un accompagnement médico-social.

Pour qui ? Adultes à partir de 20 ans en situation de handicap et bénéficiant d’une Reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH) donné par la MDPH (maison des personnes handicapés).

Rémunération : entre 55,7% et 110,7% du SMIC. Peut-être cumulé (tout ou une partie) avec l'AAH  (allocation adultes handicapés d'un montant de 903,60€ par mois)



Foyer d’hébergement

Cette structure accueille des adultes en activité professionnelle dans des hébergements collectifs ou individuels, du lundi au vendredi et/ou pendant le week-end. Il existe des foyers d’hébergement spécialisés dans l’accueil d’adultes avec autisme.

Pour qui ? Personne en situation de handicap qui exercent une activité professionnelle en milieu ordinaire, en entreprise adaptée ou en Établissement et services d’aide par le travail (ESAT).

Prise en charge financière : le Conseil général finance les coûts de fonctionnement au titre de l’aide sociale. Une participation est demandée au résident en fonction de ses ressources pour les frais d’entretien et d’hébergement. Un minimum de 271,08 € par mois est laissé à la personne.



Maison d’accueil spécialisée (MAS)

Cette structure propose aux adultes un lieu d’accueil et de vie. Les professionnels fournissent une assistance aux actes essentiels de la vie quotidienne, un soutien et un suivi médical régulier. Les activités proposées contribuent au développement et au maintien des acquisitions cognitives et à l’épanouissement personnel de l’adulte. Il existe des MAS spécialisées dans l’accueil d’adultes autistes.

Pour qui ? Adultes lourdement handicapés dont la faible autonomie nécessite le recours à une tierce personne de façon constante ou dont l’état de santé nécessite une surveillance médicale importante et des soins médicaux constants.

Prise en charge financière : les frais de journée sont principalement à la charge de l'Assurance maladie. Une participation financière reste cependant à la charge de l’adulte accueilli, soit 20 euros par jour. Cette somme peut toutefois être prise en charge intégralement si cette personne dispose de la complémentaire santé solidaire (CSS). Un minimum de 271,08 € par mois est laissé à la personne.



Foyer d’accueil médicalisé (FAM)

Cette structure propose aux adultes un lieu d’accueil et de vie. Les professionnels fournissent une assistance aux actes essentiels de la vie quotidienne, un soutien et un suivi médical régulier. Les activités proposées contribuent au développement et au maintien des acquisitions cognitives et à l’épanouissement personnel de l’adulte. Il existe des FAM spécialisés dans l’accueil d’adultes autistes. En principe, les FAM accueillent des adultes un peu moins dépendants que ceux hébergés en MAS. Dans la réalité, les publics sont sensiblement les mêmes.

Pour qui ? Adultes lourdement handicapés dont la dépendance est partielle ou totale, ayant besoin d’une aide pour la plupart des gestes du quotidien (se laver, s’habiller, se nourrir, se déplacer) et de soins de santé réguliers.

Prise en charge financière : financement par l’Assurance maladie (pour les soins) et le Conseil général (pour l’hébergement). Participation aux frais d’hébergement et d’entretien selon les revenus du résident. Un minimum de 271,08 € par mois est laissé à la personne.



Foyer de vie, foyer occupationnel ou foyer de jour

Ces structures proposent aux adultes des activités de détente et un accompagnement médico-social afin de favoriser leur développement personnel. En fonction des établissements, l’accueil est possible en internat, semi-internat ou de jour uniquement.  Il existe des foyers spécialisés dans l’accueil d’adultes autistes.

Pour qui ? Personnes en situation de handicap disposant d’une autonomie réduite mais suffisante pour participer à des activités de groupe, ne pouvant pas travailler en milieu protégé et ne relevant pas d’une structure médicalisée.

Prise en charge financière : le Conseil général finance les coûts de fonctionnement au titre de l’aide sociale. Une participation est demandée au résident en fonction de ses ressources pour les frais d’entretien et d’hébergement. Un minimum de 271,08 € par mois est laissé à la personne.



Accueil familial d'une personne âgée et/ou handicapée (accueillant familial)

L’accueil familial est un dispositif permettant à une personne âgée et/ou handicapée d'être accueillie au domicile d'un accueillant familial. L'accueillant familial est rémunéré pour cette prestation. La personne accueillie signe avec l'accueillant familial un contrat d'accueil fixant les conditions matérielles, humaines et financières de l'accueil. La personne accueillie peut bénéficier d'aides sociales et fiscales.
L'accueillant familial (personne seule ou couple) accueille à son domicile une personne âgée ou adulte handicapé. Il est rémunéré pour cette prestation.
Il doit avoir reçu un agrément délivré par les services du département. Des services organisent le contrôle de l'accueillant et le suivi de la personne accueillie. L'accueil familial peut être temporaire ou séquentiel, ou à temps partiel ou complet, ou permanent.

Le coût de l'accueil comprend les éléments suivants :

Rémunération pour services rendus (préparation et service des repas, repassage, aide personnelle pour l'accomplissement de certains actes, déplacements pour emmener la personne accueillie chez le médecin...): 25,63 € brut par jour.

Indemnités de congés payés : 10 % de la rémunération pour services rendus.

Indemnités dites de sujétions particulières calculées en fonction du besoin d'aide de la personne accueillie, lié à son handicap ou à sa perte d'autonomie : indemnité journalière est compris entre 3,79 € et 14,97 €.

Indemnité de mise à disposition des pièces du logement : elle est fixée en fonction des éléments suivants :
-Taille et qualité des pièces mises à disposition de la personne accueillie
-Prix moyen des locations dans le secteur environnant
Le montant de l'indemnité est négocié entre la personne accueillie et l'accueillant familial.
Les services du département disposent d’un droit de contrôle sur le montant de cette indemnité.

Indemnité d'entretien (eau, chauffage, denrées alimentaires, produits d'entretien et d'hygiène...) : indemnité est comprise entre 7,3 € et 18,25 €.



Récupérations de certaines allocations

Certaines
allocations ou aides, non contributives, c’est-à-dire versées sans cotisations préalables, sont destinées à aider les personnes les plus démunies. Ces allocations doivent, dans certains cas, être remboursées soit par les bénéficiaires eux-mêmes, lorsqu’ils ont vu augmenter fortement leur niveau de vie (on dit qu’ils sont « revenus à meilleure fortune »), soit, après leur décès, par prélèvement sur la succession si elle est superieure à 46000€.
Les règles diffèrent selon les allocations ou aides perçues.
Ne sont pas récupérables :
- L'allocation des adultes handicapés (
AAH)
- La prestation de compensation du handicap (
PCH)
- Le revenu de solidarité active (
RSA)
- L’allocation personnalisée d’autonomie (
APA)

Structures pour enfants

Structures pour adultes

La MDPH (maison des personnes handicapées) décide, pour la personne handicapée, de la structure qui correspond le mieux à votre handicap et à votre capacité. La personne (ou sa famille pour les enfants) remplit un dossier avec son choix qu'il faut déposer auprès de la MDPH et la MDPH décide lors de la CDAPH (commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées) : carte d'invalidité, carte de mobilité, placement en IME, scolarité en ULIS, accompagnement SESSAD, présence d'AESH (aide humaine scolaire), placement en ESAT, placement en foyer, ...