Autisme s'en sortir

e-mail : autismesensortir@gmail.com                                                                                                                                                                                                                                                              Mise à jour : mai 2021

     Pendant longtemps, les spécialistes de l'autisme étaient les psychiatres et psychanalystes. Ils expliquaient l'autisme des enfants par le manque d'amour maternelle. La mère, d'après eux, repoussait son enfant donc le bébé se renfermait d'où l'autisme. Pour eux l'autisme était, et pour certains est encore, la pire des psychoses : mère réfrigérateur.

     Le documentaire « Le mur, la psychanalyse à l'épreuve de l'autisme » de Sophie Robert explique l'autisme vu par les psychanalystes. Ce documentaire a été promu par Autisme Sans Frontière. Madame Esthela Solano-Suarez, Monsieur Alexandre Stevens et monsieur Eric Laurent ont saisi la justice en accusant la réalisatrice, Sophie Robert, d’avoir manipulé leurs propos et ont fait appel au Tribunal de Grande Instance de Lille pour que leur interview soit retiré du documentaire. Ils ont eu gain de cause : selon le jugement, les disparités entre les rushes et le documentaire finalisé trahissent bel et bien un procédé visant à « volontairement dénaturer » les idées des plaignants. Toutefois vous pouvez écouter quelques extraits et un interview de Sophie Robert grâce à Autisme info 31. Certaines explications fournies par les psychanalystes font peur à beaucoup de mères d'enfants autistes les accusant de tous les maux de leur enfant !

     Heureusement les scientifiques ont prouvé maintenant que le comportement des mères n'était, en aucun cas, responsable de l'autisme de leur enfant. Les origines sont génétiques et probablement, dans une moindre mesure, environnementales.

     Plusieurs gènes seraient responsable de l'autisme (plus exactement des Troubles de Spectre Autistique (TSA) ou Troubles Envahissant du Développement (TED)). Des mutations dans plus d’une centaine de gènes ont déjà été associées aux TSA, le gène SHANK2, par exemple. Mais il est difficile d'évaluer leurs rôles précis (communiqué de presse de l'Institut Pasteur, 30 avril 2012) [3]. Le gène SHANK 2 a été associé récemment aux TSA et a permis de confirmer le rôle des anomalies synaptiques dans l’autisme [3] . Les synapses permettent aux neurones de communiquer donc un manque de synapses engendre des troubles neuronaux. Certains gènes seraient des modificateurs qui pourraient moduler les symptômes des TSA [3] d'où une large disparité de symptômes pour les personnes TED.

     D'autres pistes sont étudiées, telles que la présence de pathogène dans les intestins. Une étude australienne [4] ne confirme pas l'hypothèse que le microbiote gastro-intestinal (flore intestinale) des enfants atteints de TSA joue un rôle dans la symptomatologie des TSA. D'autres explications pour le dysfonctionnement gastro-intestinal dans cette population devrait être considérée comme l'anxiété élevée et auto-régimes hypocaloriques.

     Certaines études se sont attelées à rechercher les effets de certains pathogènes en particulier telle que les bactéries Clostridium ou Borrelia. Clostridium est une bactérie qui se situe dans les intestins. Elle est responsable de diarrhées. Des études montrent qu'elle pourrait être corrélée à l'autisme [5] mais elles demandent plus d'investigations.

     Concernant Borrelia, le Professeur Montagnier a commencé des recherches [6]. Il explique qu'il existe dans le sang des enfants autistes (et pas dans le sang des enfants non-autistes) des séquences ADN provenant de Borrelia. Leur hypothèse de travail est qu’un dysfonctionnement immunitaire, associé à une souffrance inflammatoire de la muqueuse intestinale, entraine un passage de constituants bactériens, dont des neurotoxines, dans la circulation sanguine, créant notamment un stress oxydatif ainsi que des microvascularités, en particulier au niveau des vaisseaux méningés, et finalement une atteinte neuronale [6]. Il reste beaucoup de recherches afin de finaliser cette hypothèse. Mais certains généralistes ont commencé des traitements antibiotiques à long termes sur des enfants autistes qui donneraient, pour certains, des résultats (vie sociale amoliorée, stéréotypes reduits,...).

     Cette découverte fait beaucoup débat dans le monde scientifique pour plusieurs raisons.

Premièrement, les résultats du Pr Montagnier sont issus d'une étude réalisée sur 97 enfants et 50% d'entre eux ont montré de réelles améliorations de leur comportement. Les résultats sont donc issus d'observations cliniques isolées. Il faut effectuer une étude à plus grande échelle pour corroborer ou non ses résultats. De plus les produits sont administrés en ouvert (pas d'administration en aveugle avec placebo) ; lorsque la vitamine B6 et la fenfluramide dans les années 1970 et 1980  étaient administrées en ouvert, on observait plus de 60 % de résultats favorables. Quand ils ont été prescrits dans des essais contrôlés, on n’a recueilli plus que 20 % de résultats positifs [7].

  Deuxièmement le monde scientifique a beaucoup de mal a comprendre le phénomène de la résurgence de l'eau : le Pr Montagnier explique que des ondes électromagnétiques sont émises par des séquences d'ADN a de très hautes dilutions. Ce qui signifie que même si l'ADN n'est plus décelable ces signaux électromagnétiques le sont encore. Ceci rappelle beaucoup l'hypothèse sur la mémoire de l'eau de Jacques Benveniste ( immunologiste français dont les résultats publiés en 1998 montrèrent que les effets biologiques d'une substance persistaient dans l'eau même après disparition de celle-ci. Ces résultats non jamais pu être reproduits. Le Pr Montagnier a, il y a peu, défendu cette théorie de la mémoire de l'eau en évoquant une « terreur intellectuelle » de la part de ceux qui ne la comprennent pas, ce qui empêchait des personnes ayant reproduit les résultats de Benveniste de publier.

Et troisièmement, dans le monde de la science, il n'est pas conseillé de se prononcer sur des avancées scientifiques majeures sans que toutes les études et recherches soient finies [7]. L'Histoire le prouve dans bien des exemples :la vitamine B6 et la fenfluramide dans les années 1970 et 1980. La fenfluramide expose au risque de valvulopathies et n’est donc plus utilisée. Quant à la vitamine B6, une analyse de la « Cochrane collaboration » publiée en 2009 conclut que les données sont insuffisantes pour pouvoir la recommander.

     Des recherches [8] à l'hôpital Necker de Paris montrent que des anomalies existeraient au niveau du sillon temporal supérieur (STS). Ces anomalies sont caractérisées par la concentration plus faible de matière grise, une hypoperfusion (flux sanguin plus faible) au repos et lors de l'activation des tâches sociales. Le sillon temporal supérieur est très impliqué dans le traitement de la perception sociale, de la perception des mouvements biologiques, tels que les mouvements du corps ou du regard, à des processus plus complexes de cognition sociale [8]. Un documentaire, visible sur le site Autisme Sans Frontière, présente le Docteur Monica Zilbovicius. Elle résume les connaissances actuelles sur les troubles du spectre autistique (TSA) aussi nommés les troubles envahissants de développement (TED).

     Certaines recherches au niveau du comportement des autistes montrent qu'une inhalation d'ocytocine permettrait une amélioration des relations sociales et baisserait les crises d'angoisse chez les autistes [9]. Il faut, bien entendu, relativiser ce résultat car cette étude a été réalisée sur un seul patient : une jeune fils de 16ans. Mais cette voie reste très intéressante et plusieurs publications vont dans le même sens [10].

     Les progrès ne cessent d'avancer, même au niveau du diagnostic. Après un diagnostic par IRM [11], des chercheurs australiens ont mis au point en septembre 2012 un test génétique (test sanguin) permettant de prédire avec une précision de 70 % (chez les personnes de type européen) les risques de développer des TSA [12].

     En décembre 2012, les Dr Ben-Ari et Lemonnier ont publié un essai clinique très prometteur qui permettrait de diminuer la sévérité des troubles autistiques grâce à un diurétique  [13]. Dans les neurones immatures, existants chez les autistes par exemple, le chlore est en forte concentration : l'importateur de chlore est très présent et l'exportateur de chlore est pratiquement inexistant. Dans ces conditions, il y a excitation ( et non inhibition comme dans des conditions normales) des neurones d'où les troubles autistiques. Le diurétique proposé : le bumétanide bloque l'importateur de chlore et ainsi la concentration de chlore dans les neurones reste normale d'où une inhibition des neurones et une disparition des troubles autistiques. Les Dr Ben-Ari et Lemonnier sont en train de mettre en place une recherche à plus grande échelle et sur un plus long terme afin de voir quels enfants pourraient bénéficier de ce traitement, les effets à long termes, et les effets secondaires à long terme.

ATTENTION : méfiez-vous des produits miracles "guérissant" de l'autisme ou réduisant les symptômes autistiques (stéréotypies, ...). Demandez à votre médecin.
Et n'hésitez pas à contacter des associations sérieuses spécialistes de l'autisme qui pourront vous aider.




BIBLIOGRAPHIE

3. Autistic-like behaviours and hyperactivity in mice lacking ProSAP1/Shank2, Nature, 29 avril 2012
4. Molecular Characterisation of Gastrointestinal Microbiota of Children With Autism (With and Without Gastrointestinal Dysfunction) and Their Neurotypical Siblings. Gondalia SV, Palombo EA, Knowles SR, Cox SB, Meyer D, Austin DW. Autism Res. 2012 Sep 20. doi: 10.1002/aur.1253.
5. Fecal lactoferrin and Clostridium spp. in stools of autistic children. Martirosian G, Ekiel A, Aptekorz M, Wiechuła B, Kazek B, Jankowska-Steifer E, Jóźwiak J, Moskalewski S. Anaerobe. 2011 Feb;17(1):43-5. Epub 2010 Dec 16.
6. http://montagnier.org/Autisme-la-piste-microbienne
7. http://www.academie-medecine.fr/Upload/Montagnier21.pdf
8. Social cognition and the superior temporal sulcus: Implications in autism. Saitovitch A, Bargiacchi A, Chabane N, Brunelle F, Samson Y, Boddaert N, Zilbovicius M.Rev Neurol (Paris). 2012 Oct;168(10):762-70. doi: 10.1016/j.neurol.2012.07.017. Epub 2012 Sep 13
9. Long-term oxytocin administration improves social behaviors in a girl with autistic disorder. Kosaka H, Munesue T, Ishitobi M, Asano M, Omori M, Sato M, Tomoda A, Wada Y. BMC Psychiatry. 2012 Aug 13;12(1):110.
10. Human neuroimaging of oxytocin and vasopressin in social cognition. Zink CF, Meyer-Lindenberg A. Horm Behav. 2012 Mar;61(3):400-9. Epub 2012 Feb 3. Review.
11. Describing the brain in autism in five dimensions - MRI-assisted diagnosis using a multi-parameter classification approach -J Neurosci. 2010 Aug 11;30(32):10612-23.
12. Predicting the diagnosis of autism spectrum disorder using gene pathway analysis, E Skafidas and al, Molecular Psychiatry, 11 septembre 2012.
13. A randomised controlled trial of bumetanide in the treatment of autism in children. Lemonnier E, Degrez C, Phelep M, Tyzio R, Josse F, Grandgeorge M, Hadjikhani N, Ben-Ari Y. Transl Psychiatry. 2012 Dec 11;2:e202. doi: 10.1038/tp.2012.124.